PEINTURES

Charles de Montaigu est un sculpteur qui peint, et la couleur n'est pas le dernier de ses soucis, c'est le suprême souci.

La couleur est le fond et la couleur est la forme.

Chaque couleur est une matière à sculpter.

Chaque couleur occupe un espace qu'elle a conquis en recouvrant d'autres.

Chaque couleur a reçu l'autre, s'est identifiée à sa précédente et le travail du pinceau a réduit leur différence, en suivant un trait de coupe invisible.

 

Mayte Garcia Juilliard

 

L’artiste parle à la fleur :

« C’est la face cachée de toi

que je veux saisir. »

Y parviendra-t-il?

Toute quête a sa grandeur.

 

Saysanasak na Champassak

 

 

A mes yeux éblouis,

s’élève un hymne à la terre,

d’un parterre savamment orné

d’anthémis,

de dahlias,

d’anémones et

d’iris.

O évanescente harmonie !

 

Saysanasak na Champassak

GRAVURES

C'est pour partir à la découverte d'une construction virtuelle, explorer l'intérieur de la sculpture en la mettant à plat, que Charles de Montaigu incise d'un trait direct, rapide, nerveux, les plaques de bois de frêne.

 

Puis, à travers une succession d'états et d'essais de couleur traités comme autant de monotypes, s'engage, dicté par l'impératif imaginaire ou technique du moment, un processus évolutif aux enchaînements aussi riches que subtils, paradoxaux, libres, imprévisibles, et cohérents.

 

Juliane Willi-Cosandier 

Rainer Michael Mason